20 Août 2019

Université Alassane OUATTARA : La normalisation des années académiques en passe d’être effective

La normalisation des années académiques est en passe d’être effective à l’Université Alassane Ouattara. C’est le Président de cette Université, le Professeur Lazare POAMÉ, qui a donné cette information le samedi dernier au cours d’une rencontre avec la presse à Abidjan.
Ainsi, le Centre d’Entomologie Médicale et Vétérinaire (CEMV) avec le Master international, créé en partenariat avec l’Université de Montpellier, après avoir débuté l’année universitaire 2017 – 2018 en septembre 2017, compte l’achever en juin 2018. L’UFR des Sciences Médicales et l’UFR Communication, Milieu et Société (ex-Faculté des Lettres et des Sciences humaines) achèveront l’année 2017 – 2018 en juillet 2018. Suivront les UFR des Sciences Juridiques et de Sciences Économiques, qui termineront un mois plus tard, c’est-à-dire en août.
À l’exception de deux UFR, celles des Sciences juridiques et des Sciences économiques qui payent un lourd tribut de la réhabilitation sélective des deux campus de l’Université dont l’un, le Campus 1, est toujours en cours de réhabilitation, pour les autres structures de formation, le CEMV, l’UFR des Sciences médicales et l’UFR Communication, Milieu et Société, le Professeur Lazare POAME a affirmé qu’elles ont quasiment réussi à relever le défi de la normalisation des années universitaires.
Somme toute, la rentrée universitaire 2018 – 2019 débutera, pour l’ensemble des structures de l’UAO, en septembre 2018, conformément à une Décision du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, amplement diffusée dans les Universités publiques depuis octobre 2017. La normalisation des années académiques constitue, pour Madame le Ministre, l’un des principaux défis que doivent relever les Universités publiques de Côte d’Ivoire, par-delà la question de la qualité de la formation et de la Recherche.
Les cours en ligne et le système LMD
Dans le système Licence-Master-Doctorat (LMD), le cours en ligne n’est pas une spécificité marquante. Le cours en ligne est antérieur à l’entrée des Universités publiques de Côte d’Ivoire dans le système LMD. C’est désormais connu, le basculement de nos Universités dans ce système date de 2012. Or, la mise en ligne des cours, à l’Université de Bouaké, devenue Université Alassane Ouattara, a été amorcée en 2008 avec l’appui financier et technique de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Des cours ont été expérimentalement mis en ligne par certains enseignants, notamment des Moocs, entendez simplement les Cours en ligne ouverts à tous. À cela, il convient d’ajouter les nombreux cours sur supports électroniques et les syllabus pour lesquels j’ai institué, en décembre 2017, un prix : le prix du meilleur syllabus produit par nos enseignants. Je n’oublie pas non plus la bibliothèque numérique, l’une des exigences du LMD. Pour ses étudiants les plus méritants et les plus actifs dans les entreprises de pacification des campus, l’UAO a déboursé la somme de vingt (20) millions de nos francs afin de permettre à chacun d’eux d’accéder gratuitement à la bibliothèque numérique internationale (ScholarVox International Cyberlibris) offrant ainsi près de quarante mille (40 000) ouvrages à chaque abonné. La qualité de la documentation mise à la disposition des étudiants garantit, à n’en point douter, celle de la formation qui, elle-même, facilite l’insertion professionnelle des diplômés.
Il importe donc de savoir que l’une des exigences fondamentales du LMD est l’harmonisation des diplômes en lien avec l’essence de l’Université et les besoins essentiels de la société.
Mais se pose toujours le problème de la valorisation effective des cours en ligne, souvent formulé en ces termes :

Lire la suite sur Abidjan.net

Laisser un commentaire